La tour et ses mirages


La tour et ses mirages
Nouvelle de Jean Effer

Celle-ci a été écrite dans le cadre d'un concours organisé par les Beaux Arts de Rennes et elle prend pour cadre des évènements historiques authentiques s'étant déroulés dans la région de Nankin, dont la fameuse... tour !

En cette année 1853, trois guerriers traversaient la contrée du Jiangxi.

Ils arboraient fière allure, bien que salis par la poussière et souillés par les intempéries, compagnons d'infortune sans renommée surjouant leurs rôles. Ils s'étaient rencontrés au hasard de leurs routes solitaires et, emportés par l'esprit qui soufflait alors dans le pays, dix ans après la victoire des Blancs dans la Guerre de l'Opium, se dirigeaient désormais vers la région du Anhui Anqing, espérant pouvoir atteindre la ville de Nankin.

Ils n'avaient plus d'autre but que cette cible stratégique depuis qu'ils s'étaient ralliés à cette nouvelle dynastie dont on parlait dans leurs villages, et qui promettait pour tous les chinois une sorte de « paix universelle ».

Ces trois amis fidèles, rejetant les vices de la société, ne prêtaient du reste que peu d'importance à cet inconnu qui prétendait être le frère de Jésus et, disait-on, délivrerait le pays en le faisant devenir chrétien. Chrétien, pourquoi pas ? Cela pouvait leur convenir, si jamais on le leur demandait.



Le premier d'entre eux ralentissait régulièrement sa monture afin que les deux autres puissent le suivre à pied. Ce cavalier mandchou, rallié aux forces rebelles Taiping, se prétendait Général depuis qu'il avait récupéré une veste bleue des débuts de la Révolution, pourtant remplacée officiellement depuis par un uniforme rouge.

Le second, petit personnage falot, prétendait être membre d'une société secrète, celle de la Petite épée. Il jurait à qui voulait l'entendre être parti seul de Guangxi, lieu d'origine de la rébellion, ce qui selon ses dires lui conférait quelque autorité dans le groupe.

Le troisième enfin, un fantassin armé d'un fusil dont il ne se séparait jamais, et dont on pouvait douter de la fiabilité au regard de la rouille qui le recouvrait, portait la longue natte caractéristique des Taiping et c'était là le seul aspect véritablement effrayant de sa silhouette.



S'ils se dirigeaient vers Nankin, c'est qu'ils avaient entendu parler en cette région d'une Tour miraculeuse.

On disait qu'à chaque fois que vous en gravissiez un niveau, vous deveniez plus grand, jusqu'à toucher le ciel. Par quel mystère ? Quoi qu'il en soit, seule cette quête leur paraissait digne de leur courage et de leur bravoure, lesquels restaient, il est vrai, à prouver.  Ils espéraient que, s'ils prenaient possession de cette tour magique, ils deviendraient les maîtres de cette contrée chinoise. Ils constitueraient alors une armée qui viendrait en renfort du grand soulèvement, révolte dont ils percevaient l'écho en cette province du sud-est. De simples instruments d'un vaste projet, ils en deviendraient les héros incontournables et cela leur convenait.

En attendant ce jour de gloire, ils étaient réduits, par la force des choses, au rôle de mercenaires, prenant prétexte de la Guerre pour effectuer quelques exactions sans conséquence : vols de nourriture, d'eau. Jamais de viol ni de meurtre, suivant ainsi les préceptes bouddhistes. On ne savait jamais, peut-être que le projet de rébellion n'aboutirait pas et, dans ce cas, il était prudent de continuer à respecter la tradition. Ce juste équilibre leur convenait aussi.

A l'horizon, se profilaient des montagnes embrumées, lesquelles se rapprochaient trop lentement. C'étaient alors, suivant l'heure du jour, leurs pensées du moment qui s'envolaient là-bas.

— Peut-être même nos âmes toutes entières ? avançait, craintivement, le rebelle apeuré. A ces mots, le fantassin saisissait son arme et le cavalier stoppait net son cheval, fourbu et assoiffé. Puis tous reprenaient leurs esprits et repartaient d'un bon rythme, tout en se racontant des histoires pour passer le temps et trouver ainsi le voyage moins pénible.

Une fois, mais peut-être cela se répéta-t-il au cours du périple – il était si long que les trois compagnons perdaient souvent la notion du temps -  le soldat raconta pour les distraire la fameuse histoire du dragon qu'il tenait de son vieux maître d'armes : un monstre assailli par dix hommes vaillants, fait prisonnier par des cordes lancées autour de son corps gigantesque, au bout de grappins habilement manœuvrés, la tête coupée par l'un d'entre eux – il prétendait que c'était lui bien sûr – qui, s'élançant au niveau de son cou et armé de sa seule épée, trancha à plusieurs reprises dans la chair de l'animal qui succomba, décapité. Sa peau retomba alors en une multitude d'écailles multicolores, aux reflets mordorés... Chacun en saisit une poignée et c'est fortuné pour toujours qu'il retourna chez lui.

— Mais toi, tu ne t'es pas enrichi après ton exploit ? Même pas un renminbi afin d'acheter un peu de graisse pour ton fusil ?

Le rebelle comme le cavalier n'osaient pas ouvertement se moquer du fantassin.

—  C'est que, la gloire de ce fait d'armes me suffisait. Un bon soldat n'a pour seule solde que la victoire remportée au combat.

—  Bien dit, mon ami. Décidément, tu es digne d'être des nôtres.


Ainsi parlait le général qui, ne voulant être en reste, raconta à son tour un rêve bizarre : il avait vu en songe, par une belle nuit étoilée, des sortes de cavaliers juchés à califourchon sur de drôles de machines à deux roues, faisant comme une sorte de course dans ces contrées. Il confia aux deux autres qu'il n'avait aucune explication plausible à cette étrange vision et, de ce fait, refusait de croire que cela pourrait arriver un jour, même dans un pays christianisé.

Les deux acquiesçaient poliment, ne voyant pas non plus de quelles moitiés de charrettes le Général pouvait bien parler.

 Le rebelle, quant à lui, ne cessait de dévoiler les us et coutumes de sa secte, si bien que ses interlocuteurs finirent par douter de leur véracité. Si l'on faisait partie d'un mouvement clandestin, il leur semblait évident d'en taire les secrets qui auraient du être les mieux gardés au monde.

Mais de cela non plus ils n'en soufflaient mot à celui qui profitait généralement de l'occasion pour se reposer au pied d'un arbre.

Le voyage continua de la sorte, entrecoupés de récits plus ou moins improvisés, parfois savants mélanges d'histoires traditionnelles. De village en village ils se ravitaillaient en toute discrétion, deux d'entre eux attirant l'attention du propriétaire tandis que le troisième pillait dans ses réserves, toujours plus abondantes que leurs maigres besaces.

 Un beau jour, ils se trouva qu'ils avaient dépassé la frontière du Anhui. Ils n'avaient jamais été aussi proches du but.

Soudain, ils entendirent comme des tintements à peine perceptibles mais leur ouïe était exercée à force de vivre en plein air.

— Les cloches de Nankin ! Nous ne sommes plus très loin, mes amis.


Puis ils virent la Tour, qui scintillait de mille feux éclatants en leur direction.

Ils accélèrent, tout en faisant la liste de ce qu'ils feraient une fois au pouvoir. La gloire, la puissance et la richesse leur apparaissaient comme leurs futures identités promises.

 

Ils distinguèrent enfin distinctement une haute construction. Sept niveaux au-dessus du premier, surmontés d'une flèche fine et majestueuse. Les cloches qu'ils avaient entendues se balançaient entre chaque étage, au gré des vents.

—  Cette Tour devrait être à notre portée maintenant. C'est curieux, comment se fait-il que nous la voyons toujours au loin depuis des heures ?

—  C'est de la sorcellerie, nous sommes perdus !

—  Ne sois pas stupide ! Aucun sorcier ne peut avoir raison de guerriers tels que nous ! Grimpons sur la colline !

Le cavalier, le fantassin et le rebelle arrivèrent ensemble au pied de la Tour. Stupeur ! Décontenancés, ils réalisèrent qu'elle était de taille étonnamment réduite. Même si elle était assez grande pour ce qu'on aurait pu considérer comme une maquette, ce n'était qu'un leurre, pas un bâtiment.

De Tour, il n'y avait point.

En lieu et place, une simple miniature posée sur un monticule. La perspective avait-elle eu raison de leur crédulité ? Quelle illusion ! Quelle déception !

Le Général prit la tour dans ses bras, insensible à sa beauté, voire même un peu effrayé par elle : on y distinguait en effet des verreries peintes, des écailles de nacre ( Nous avons terrassé le dragon ! s'exclama le fantassin ). Maintenant qu'on pouvait les entendre de près, les clochettes faisaient un bruit qui leur sembla assourdissant.

Tous trois se concertèrent, ne sachant quelle attitude adopter ni comment entraîner toute une armée autour de cet artefact. Le Général proposa de coincer la Tour sous sa selle, et il fut décidé de rejoindre la ville de Nankin en vainqueurs puisqu'ils étaient arrivés à leur étape ultime.

—  Après tout, nous sommes des géants, pas vrai ? Nous n'avons même pas eu la peine de gravir la Tour jusqu'au dernier étage : il nous a suffi de la contempler d'en haut ! s'exclama le Général en riant, désireux de redonner confiance à ses amis.

 C'est ainsi que nos trois aventuriers franchirent, au soir, la Grande Porte Yijiang.


Arrivés à l'un des ponts de la Cité, ils furent pris à partie par des rebelles ivres morts. Ils eurent beau prétendre être de leur côté, ceux qui leur barraient le passage les apostrophaient, leur hurlant qu'ils arrivaient bien tard après la bataille.

—  Mais regardez, nous apportons la Tour avec nous !

Ces soldats saouls et violents, postés là depuis la prise de la ville rebaptisée Tianjing, les injurièrent, les traitant de pitres et leur criant qu'ils méritaient la mort pour se moquer ainsi de Hong Xiuquan, leur chef bien-aimé. « Une tour ne peut tenir dans une sacoche ! »

C'est donc aux cris de « À mort les Qing, vive le Royaume Céleste de la Grande Paix ! » que nos trois héros, si doux et si naïfs, furent taillés en pièces et jetés dans les eaux du fleuve Yangsi Jiang.

Il en va ainsi des rêves de grandeur : ils sont tels des pagodes de porcelaine, qu'un vent un peu plus fort que les autres suffit à faire tomber.

  

© Jean EFFER 2022








 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blog : mode d'emploi smartphone

Les pieds et la posture

YI SHOU : " La pensée observe"